Le compte neutrophilaire prédit un pronostic fonctionnel défavorable...

September 16, 2019

Le compte neutrophilaire prédit un pronostic fonctionnel défavorable malgré la recanalisation chez les patients traités par thrombectomie.
par Lucas Di Meglio, Paris

 

Le développement de la thrombectomie a grandement amélioré le pronostic des patients présentant un infarctus cérébral de moins de 24h avec occlusion proximale. En effet, selon la méta-analyse de Badhiwala et al.(1), il suffit de traiter 8 patients par thrombectomie en plus du traitement médical maximal pour atteindre l’objectif d’indépendance fonctionnelle (mRS ≤ 2) à 3 mois. Néanmoins, malgré des temps de reperfusion courts et un taux de revascularisation supérieur à 80%, plus de 50% des patients traités par thrombectomie évoluent vers un score de Rankin > 2(1). 

Dans une étude rétrospective, Boisseau et al.(2) ont recherché chez ces patients les facteurs associés à un pronostic défavorable. Il s’agit de l’analyse d’une cohorte prospective monocentrique de patients traités par thrombectomie mécanique pour une occlusion proximale de la circulation antérieure avec succès de la revascularisation (Thrombolysis in Cerebral Infarction score (TICI) ≥ 2b). Le pronostic défavorable est défini par un score de Rankin > 2 à 3 mois.

 

L’étude porte sur 324 patients dont 54.7% avec une évolution défavorable. Ce pourcentage est comparable à celui observé dans la méta-analyse de Badhiwala and al. (57%). Les facteurs indépendamment associés à un pronostic défavorable dans une analyse multivariée par régression logistique sont : l’âge (par augmentation de 10 ans, odds ratio [OR] 1.34, IC95% 1.12–1.60) ; le score NIHSS à l’arrivée (par augmentation de 1 point, OR 1.09, IC95% 1.04–1.15) ; le volume initial de l’infarctus (par augmentation de log 1, OR 1.34, IC95% 1.05–1.67) ; la glycémie à l’arrivée (par augmentation de log 1, OR 2.60, IC95% 1.01–6.66) ; et le compte neutrophilaire (par augmentation de 1000 unités, OR 1.08, IC95% 1.01–1.17).

 

L’impact de la glycémie et du compte neutrophilaire à l’arrivée sur le pronostic fonctionnel a déjà été montré chez les patients à la phase aiguë d’un AVC(3–5). Cependant, les résultats de cette étude soulignent que glycémie et compte neutrophilaire ont un impact négatif également chez les patients recanalisés. Bien que les mécanismes de ces effets délétères soient mal compris, les auteurs avancent comme hypothèse un rôle de la thrombose microcirculatoire. En effet des études précliniques ont montré qu’immédiatement après une occlusion proximale, la microcirculation en aval de l’occlusion, et en particulier son compartiment veinulaire, est le siège de phénomène thrombotique ou l’activation neutrophilaire joue un rôle central. De manière intéressante, l’hyperglycémie est connue pour activer les neutrophiles et en particulier augmenter la formation de Neutrophil Extracellular Traps (NETs) eux-mêmes impliqués dans la thrombose microcirculatoire. Dans ces modèles, la thrombose microcirculatoire est associée à une augmentation des lésions ischémiques, des lésions de rupture de la barrière hémato-encéphalique et aux transformations hémorragiques malgré la recanalisation. Toutefois, cette étude ne permet pas de démontrer l’existence de ces mécanismes chez l’homme et d’autres mécanismes pourraient être en jeu. 

 

Dans l’édito consacré à cet article(6), Jickling souligne l’importance de la question suivante : les neutrophiles sont-ils une cible thérapeutique pour améliorer le pronostic fonctionnel des patients traités par thrombectomie ? Bien que ces stratégies aient donné des résultats encourageants dans les modèles précliniques, elles n’ont pas encore fait leur preuve en clinique. Vu la précocité de l’infiltration neutrophilaire après l’occlusion proximale (dans les 15 minutes après le début de l’AVC), un délai court avant l’administration de ces traitements parait essentiel pour démontrer un éventuel bénéfice. Jickling souligne également que des données supplémentaires sont nécessaires sur l’état d’activation des neutrophiles et leur cinétique au cours de l’AVC.

 

 

 

1. Badhiwala JH, Nassiri F, Alhazzani W, Selim MH, Farrokhyar F, Spears J, et al. Endovascular Thrombectomy for Acute Ischemic Stroke: A Meta-analysis. JAMA. 3 nov 2015;314(17):1832‑43. 2. Boisseau W, Desilles J-P, Fahed R, Kyheng M, Zuber K, Sabben C, et al. Neutrophil count predicts poor outcome despite recanalization after endovascular therapy. Neurology. 30 juill 2019;93(5):e467‑75. 3. Maestrini I, Strbian D, Gautier S, Haapaniemi E, Moulin S, Sairanen T, et al. Higher neutrophil counts before thrombolysis for cerebral ischemia predict worse outcomes. Neurology. 20 oct 2015;85(16):1408‑16. 4. Zhu B, Pan Y, Jing J, Meng X, Zhao X, Liu L, et al. Neutrophil counts, neutrophil ratio, and new stroke in minor ischemic stroke or TIA. Neurology. 22 2018;90(21):e1870‑8. 5. Desilles J-P, Meseguer E, Labreuche J, Lapergue B, Sirimarco G, Gonzalez-Valcarcel J, et al. Diabetes Mellitus, Admission Glucose, and Outcomes After Stroke Thrombolysis. Stroke. 1 juill 2013;44(7):1915‑23. 6. Jickling GC, Dziedzic T. Neutrophil count is related to stroke outcome following endovascular therapy. Neurology. 30 juill 2019;93(5):194‑5.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

A LA UNE

OBJET : document(s) pour aider à répondre aux nombreuses questions qui nous sont posées par les médecins et les familles en lien avec le Covid et des...

AVC de l’enfant et Sars-Cov-2

18/05/2020

1/5
Please reload

Article récent
Please reload

ArchiveS