Détérioration neurologique précoce en cas d’infarctus cérébral mineur avec occlusion proximale.

Détérioration neurologique précoce en cas d’infarctus cérébral mineur avec occlusion proximale.


Dr Pierre Seners, Service de Neurologie, Hôpital Fondation A. de Rothschild, Paris



Le bénéfice de la thrombectomie mécanique en cas d’infarctus cérébral avec déficit neurologique mineur (NIHSS<6) et présentant une occlusion proximale est incertain, car ces patients étaient exclus des essais randomisés de thrombectomie. En cas de traitement médical seul, la survenue d’une détérioration neurologique précoce (DNP) explique majoritairement le handicap fonctionnel à 3 mois. Ainsi, prédire la survenue de cette DNP, à partir des données clinico-radiologiques disponibles à l’admission, pourrait aider à sélectionner les meilleurs candidats à un transfert immédiat en thrombectomie.


L’étude MINOR-STROKE est une étude rétrospective observationnelle incluant les patients avec NIHSS<6, présentant une occlusion proximale (ACI, M1, M2, basilaire) et traités par thrombolyse intraveineuse seule dans 45 UNV françaises. Parmi les 729 patients inclus, une DNP (aggravation du NIHSS≥4 pts dans les 24 premières heures) est survenue chez 13% d’entres eux, et était majoritairement d’origine « ischémique » (92% des DNP). Cette DNP est survenue dans les 2h suivant la thrombolyse chez 50% des DNP. La DNP était très fortement associée au handicap à 3 mois (mRS 0-1 : 34% vs. 78% des patients avec vs. sans DNP, respectivement). En cas de survenue d’une DNP, la réalisation d’une thrombectomie « de sauvetage » (à savoir, en raison de la DNP) permettait de diminuer le risque de handicap à 3 mois (mRS 0-1 : 48% vs. 16% avec vs. sans thrombectomie de sauvetage, respectivement), mais la proportion de mRS 0-1 après thrombectomie de sauvetage restait très inférieure à celle des patients sans DNP (48% vs. 78%, respectivement).


Parmi les variables clinico-radiologiques disponibles à l’admission, seuls le site de l’occlusion artérielle et la longueur du thrombus étaient associés à la survenue d’une DNP : plus l’occlusion était proximale et plus le thrombus était long (deux marqueurs indépendants de l’absence de recanalisation post-thrombolyse), plus le risque de DNP était élevé. Un score utilisable en routine clinique a été créé à partir de ces 2 variables (sur 4 points, Figure), permettant une bonne prédiction de la DNP, et a été validé avec succès sur une population indépendante (347 patients issus de 9 UNV Franco-Suisses, Figure). Dans les deux cohortes, le risque de DNP était très faible en cas de score 0-1 (<8% ; 2/3 de la population totale), mais était élevé en cas de score >1 (>20% ; 1/3 de la population).


Cette étude montre pour la première fois que la DNP peut-être prédite dans cette population par 2 variables radiologiques disponibles en routine clinique, ce qui pourrait aider pour l’information des familles/patients à l’admission, et aider à la décision de transfert en thrombectomie. Cependant, en l’absence de groupe thrombectomie, elle ne permet pas de conclure à un éventuel bénéfice d’un transfert immédiat en thrombectomie, qui reste à prouver dans un essai thérapeutique. Il est donc important, pour obtenir une réponse définitive sur l’intérêt de la thrombectomie dans cette population d’intensifier les inclusions dans l’essai thérapeutique Français MOSTE, pour les centres qui y participent.


Un grand merci à toutes les UNV ayant participé à cette étude.





Référence :

Prediction of Early Neurological Deterioration in Individuals With Minor Stroke and Large Vessel Occlusion Intended for Intravenous Thrombolysis Alone.

Seners P, Ben Hassen W, Lapergue B, Arquizan C, Heldner MR, Henon H, Perrin C, Strambo D, Cottier JP, Sablot D, Girard Buttaz I, Tamazyan R, Preterre C, Agius P, Laksiri N, Mechtouff L, Béjot Y, Duong DL, Mounier-Vehier F, Mione G, Rosso C, Lucas L, Papassin J, Aignatoaie A, Triquenot A, Carrera E, Niclot P, Obadia A, Lyoubi A, Garnier P, Crainic N, Wolff V, Tracol C, Philippeau F, Lamy C, Soize S, Baron JC, Turc G; MINOR-STROKE Collaborators. JAMA Neurol. 2021 Jan 11:e204557.






A LA UNE
Article GROUPE JEUNE